L'écologie politique à Rosny-sous-Bois

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 11 février 2014

Municipales 2014 : Une interview pour ne rien dire (1)

Rosny - Echos, le journal de l'Uram (UMP + UDI) a sorti un "spécial élections municipales", ce week-end. Au menu, autosatisfaction, insultes en pagaille, grille de mots croisés et caricature sans humour. Et puis, il y a l'interview du "grand homme". Episode DEUX.

Lire la suite...

samedi 11 février 2012

L'Uram contre la classe moyenne

Mardi 24 janvier s'est tenu le débat public concernant les orientations budgétaires pour 2012. A cette occasion, Claude Capillon, maire de Rosny-sous-Bois, nous a expliqué que "si le nombre de logements sociaux augmente à Rosny, ce sont d'autres catégories sociales qui en pâtiront, car nous serons obligés d'augmenter les tarifs". Effectivement, depuis la refonte du quotient familial effectué par la municipalité, la méthode de calcul des tarifs municipaux pour la cantine, les activité sportives ou culturelles est des plus simples : « ce sont les riches qui paient pour les pauvres », comme nous l’a précisé, notre premier édile. En réalité, cette logique touche d’abord les familles de la classe moyenne, qui sont obligées de payer des tarifs insensés pour le repas de leur progéniture en maternelle ou en primaire. Alors qu’une trop faible minorité d’enfants issus de familles en difficulté profite d’une quasi-gratuité.

Mais ce refus de construire un plus grand nombre de logements sociaux va également à l'encontre des intérêts de la classe moyenne. En juin dernier, un sondage TNS révélait que 82% des Français rencontraient des difficultés à se loger. Ce n'est pas étonnant puisque les loyers du secteur privé poussent une partie croissante des familles de la classe moyenne à demander un logement social. 1900 familles sont sur liste d'attente à Rosny. Mais, monsieur le maire et l'Uram (UMP + Nouveau Centre) estiment "qu'il faut faire venir une population qui paie l'impôt". Comme si les familles logées en logement PLS étaient trop pauvres pour participer au financement du budget municipal. La droite rosnéenne cultive une vision passéiste et manichéenne de notre société. Se faisant, elle ne répond pas aux besoins d'une grande partie des rosnéens !

Aminata Gakou, conseillère municipale Autrement. Rosny. Rosny Magazine, février 2012.

mardi 1 novembre 2011

La solidarité plutôt que les beaux discours

Tribune politique, signée Aminata Gakou, élue de la liste Rosny Autrement, dans le numéro de novembre de Rosny Magazine.

Lire la suite...

dimanche 9 octobre 2011

Impôts et services publics : Rosny cache son jeu

Le Parisien du 6/10/2011 publie le tableau de l'endettement des 40 communes de Seine Saint-Denis. Avec une solvabilité de 4,92 (nombre d'années pour se désendetter) et l'équivalent de 1090 euros d'endettement par habitant, Rosny-sous-Bois est classée dans les villes faiblement endettées (18eme de la liste). Une bonne nouvelle évidement… qui cache une réalité moins avouable : la ville fait de plus en plus payer les utilisateurs de ses services…

Lire la suite...

mercredi 17 février 2010

Finances municipales : des augmentations fiscales cachées !

Mardi 16 février 2010, se déroulait le DOB (débat d'orientation budgétaire) de la municipalité de Rosny-sous-Bois. L'occasion pour l'Uram (UMP + Nouveau Centre) de se réjouir de leur bilan financier équilibré. Mais ce satisfécit cache des choix politiques qui infirment le "Mieux vivre ensemble", le slogan de l'Uram pendant la campagne municipale. Illustrations en quelques exemples.

Lire la suite...