La transition énergétique est incontournable. Les travaux du GIEC, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat l'ont démontré. Nous devons sortir de l'utilisation massive des énergies fossiles et évoluer vers une société plus sobre en énergie et beaucoup moins émettrice de gaz dangereux pour l'équilibre du climat. Or les déplacements quotidiens sont une source importante de pollution. Un trajet en voiture sur quatre en France fait moins de trois kilomètres et peut parfaitement être effectué en vélo. Encore faut-il encourager les automobilistes à laisser leur voiture au garage.

Neuf ans d'attente

Bonne nouvelle, la ville de Rosny-sous-Bois a désormais un plan vélo. Après neuf ans de tergiversations déguisées sous les termes de « réflexion » et « concertation », la majorité municipale (LR et UDI) s'est enfin décidée à présenter un document et à le faire adopter lors du conseil municipal du 18 avril. Il y a en effet neuf ans qu'elle clame son engagement dans le développement durable à travers son agenda 21, sans avoir eu la moindre volonté de limiter l'usage de la voiture et de favoriser les déplacements non polluants. Entre temps, les trois pistes cyclables de Rosny avaient été financées par le conseil départemental dont le plan vélo a pour ambition de rendre toutes les routes départementales cyclables à l'horizon 2024.

Double sens cyclable

Pour autant, il s'agit d'une véritable révolution culturelle pour les membres de la majorité municipale. A commencer par Claude Capillon, le premier édile. Il y a quelques années, le maire LR de Rosny jurait la main sur le cœur qu'il n'autoriserait jamais de double sens cyclable (DSC) : c'est à dire une piste ou un tracé sur la chaussée, permettant aux vélos d'aller dans le sens contraire des voitures. Car, précisait-il, « je ne veux pas envoyer les rosnéens à la mort »... Mais un décret gouvernemental publié le 2 juillet 2015 a eu raison de cette affirmation imprudente en rendant obligatoire le DSC sur les voies à sens unique limitées à 30 km/h. Les trente-cinq rues de Rosny concernées seront aménagées en double-sens cyclable à partir de juin prochain…

Sécuriser le cycliste

Reste à vérifier que ce plan tant attendu sécurisera l'utilisation du vélo. Dans ce domaine, comme dans bien d'autres, le diable est dans les détails et les premières réalisations ne sont pas probantes. Rue Victor Hugo, la chaussée est plus étroite qu'avant. Résultat, le vélo est frôlé par les voitures, ce qui n'est pas rassurant pour les parents qui emmènent leurs enfants à l'école des Boutours. Rue Paul Cavaré, le stationnement de voitures a été maintenu, ce qui interdit la réalisation d'une voie cyclable. Installés au milieu de la chaussée, les pictogrammes blancs indiquant que les cyclistes sont les bienvenus, ne sont d'aucune utilité pour protéger l'usager sur son vélo. Ces aménagements ne sont pas à la hauteur des promesses d'un plan vélo. Elu depuis peu président de l'établissement public territorial Grand Paris – Grand Est, le territoire auquel appartient Rosny, Claude Capillon devra faire mieux et s'assurer de la continuité des itinéraires cyclables avec les villes voisines.

Eric Béal