Depuis plusieurs semaines, notre pays est traversé par deux mouvements de fond : la lutte contre le dérèglement climatique portée par des milliers de personne marchant pour le climat et la mobilisation inédite des « gilets jaunes » suscitée par un sentiment d’injustice, des difficultés à « boucler les fins de mois » comme la peur du déclassement.

Jamais notre pays n’avait semblé aussi inquiet. Pourtant, les porteurs de solutions nouvelles existent aussi bien du côté des Gilets Jaunes que des marcheurs pour le climat, des citoyen·ne·s engagé·e·s dans les associations et les territoires.

Il s’agit des expressions d’une même crise : celle de notre modèle dit « de développement », assis sur la prédation de la nature, sur la recherche d’une croissance aveugle et sur la justification de l’explosion des inégalités.

Responsabilité de l'Etat

Face à cette situation, la responsabilité de l’État est de répondre et de lier, par des politiques publiques nouvelles, la lutte contre le réchauffement climatique et la lutte contre les fractures sociales et territoriales. Mais la crise que nous traversons exprime aussi le déficit de plus en plus profond, de démocratie et de citoyenneté.

Notre Ve république est à bout de souffle, nos institutions représentatives ne sont plus en phase avec les évolutions de la société qui réclame plus de participation dans la prise de décision, plus de solidarité et de justice fiscale, plus de reconnaissance et moins de mépris de la part des élites économiques et politiques, plus de pouvoir de vivre et de levier pour se faire entendre.

Nous devons changer de modèle et faire de la transition écologique de la société, la priorité des priorités, pour répondre aux désordres climatiques, à la perte de la biodiversité et à l’épuisement des ressources.

Réduire les inégalités

Il ne peut y avoir de transition réussie que si nous savons réduire les inégalités, promouvoir une autre politique fiscale et sociale, renforcer les services publics et promouvoir de nouveaux droits, la dignité et l’autonomie, tout en permettant la participation de chacun à la vie de nos démocraties.

Propositions (précisions et explications dans le document joint) :

• Réduire les mobilités carbone

• Une électricité renouvelable au service des territoires et de l'emploi

• Réduire la facture énergétique et financer la transition énergétique : même combat

• Une agriculture paysanne, des territoires protégés

• Renforcer les services publics

• Egalité entre les femmes et les hommes

• Le droit à la santé

• Plus de démocratie

• Un logement digne pour toutes et tous

• Pour la justice fiscale