Les traditions ne se perdent pas à L'Uram (UMP + UDI). Comme à chaque élection municipale, la droite rosnéenne attend le dernier moment pour sortir un tract venimeux et donneur de leçons, prétendant "analyser" le programme de son principal adversaire, la liste Rosny Ecologique et Solidaire.

Si analyse il y a, elle suit une logique toute de libéralisme et d'exclusion, plus révélatrice de la philosophie de Claude Capillon et de ses affidés, que des besoins réels des rosnéens. Le texte du début commence fort :

"Voilà un programme (celui de Rosny écologique et Solidaire) dont l'application entraînerait une hausse considérable des impôts locaux tout en dégradant en profondeur notre ville", explique l'encore maire, Claude Capillon.

Une affirmation osée pour un maire qui, en trois ans de règne - après la disparition de Claude Pernès - , a autorisé l'ouverture d'un nombre considérable de chantiers de construction, laissant les promoteurs édifier des immeubles dans des quartiers pavillonnaires qu'il prétend défendre aujourd'hui.

"En effet, ce que nos socialistes rosnéens tentent de nous dissimuler, c'est bien leur volonté de livrer Rosny aux promoteurs sociaux, comme la loi sur le Grand Paris le leur permettra…"

Ben voyons… Aux yeux de la droite rosnéenne, afficher la volonté d'atteindre une proportion de 30% de logements sociaux, y compris dans le secteur privé, c'est "livrer Rosny aux promoteurs sociaux". Comme si l'Uram avait besoin de la gauche pour manger dans la main des promoteurs. Il est vrai qu'aux yeux de la vieille droite rosnéenne, les "promoteurs sociaux" (sic ?) ne sont pas les bons promoteurs. Et de dénoncer la "multiplication des immeubles très sociaux"

Pour bien vivre, vivons ensemble !

Le truc est classique à l'UMP. On cherche à effrayer les "gens biens" avec la vision horrible d'immeuble "très sociaux", sous entendu : rien que des pauvres, plus ou moins bronzés qui vont apporter de la délinquance et faire baisser la valeur de vos biens. Certes, ce n'est pas dit clairement, mais l'allusion est claire.

Profitons donc de l'occasion pour rappeler à Claude Capillon que, contrairement à la droite, la gauche ne manque pas d'imagination. Atteindre 30% de logements sociaux ne signifie pas forcément construire des HLM. En l'occurrence, nous défendons plutôt l'idée d'obliger les promoteurs privés à insérer des logements sociaux dans leurs programmes. Objectif, retrouver le mélange des classes sociales qui existait il y a cinquante ans dans les immeubles hausmaniens de Paris. Pour "bien vivre" à Rosny, mélangeons-nous et vivons ensemble…

Les sempiternelles recettes de la droite sur la sécurité

De toute évidence, nos solutions concernant la sécurité des rosnéens diffèrent de celles présentées par l'encore maire. Mais faut-il s'en étonner ? La multiplication des caméras et l'augmentation des agents de police municipale depuis quelques années ont-elles améliorer la sécurité à Rosny ? En aucune façon, les statistiques le démontrent.  Mais cela n'empêche pas la droite de se gausser de notre intention de favoriser la médiation et la prévention, de jour comme de nuit.

Leur vision de l'humanité est si noire qu'ils nous traitent de "bisounours" lorsque nous affirmons que le suivi social, l'éducation, la solidarité font également partie de la solution à l'insécurité. Claude Capillon préfère ses caméras, qui elles, ne fonctionnent pas la nuit. Sarkoziste au petit pied, il préfère renforcer la répression, ou plutôt l'illusion de la répression, car sa police municipale dort la nuit et n'empêche nullement les intrusions dans les pavillons. Chargée de la circulation et d'une partie des missions de la police nationale, elle est peu présente dans les différents quartiers de la commune. Une police municipale qui ne se voit pas, ne sert à rien tout en coûtant très cher…

Copie d'un programme inexistant

Summum de la mauvaise foi. Alors qu'une bonne partie de la campagne de Claude Capillon s'est caractérisée par une stratégie cherchant à placer le prochain scrutin sur un plan national, en critiquant constamment le gouvernement. Alors que les tracts de l'Uram ont uniquement caricaturé les propositions de la liste Rosny, Ecologique et Solidaire, sans présenter de proposition jusqu'au début mars. L'Uram (UMP + UDI) nous accuse de copier le programme Capillon2014.

Grossier mensonge. D'abord parce que la liste Rosny Ecologique et Solidaire a sorti des tracts mettant en avant ses propositions dès le début janvier. Et ensuite car, dixit Claude Capillon lui-même qui le précise sur son site de campagne : le programme de l'Uram n'est visible que depuis le 17 mars. L'encore maire précise même dans un tweet, qu'il a été dévoilé, petit à petit sur tweeter entre le 10 et le 17 mars :

Vraiment, c'est un plaisir de contribuer à débarrasser Rosny de cet homme politique sans foi ni loi… qui fait danser son équipe de façon grotesque. E.B.